Alors que la France a lancé le principe d'une taxe sur les boissons sucrées, au nom de la lutte contre l'obésité, le Danemark s'attaque à un autre versant du sujet : il est devenu samedi le premier pays au monde à introduire une taxe sur les graisses. Durant toute la semaine dernière, les consommateurs danois ont fait des provisions de beurre, gâteaux, viande ou lait, pour parer les inévitables hausses de prix.

La nouvelle taxe prévoit 16 couronnes (2,15 euros) par kilogramme sur les graisses saturées. Elle s'appliquera à tous les produits contenant des graisses saturées, y compris les plats précuits. "Je doute que cela aura un impact positif sur la santé, c'est simplement une taxe" supplémentaire, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la Confédération danoise des industries (DI), Gitte Hestehave.

Un "cauchemar administratif"

Pour cette dernière, la nouvelle taxe est un « cauchemar administratif ». Que les produits soient de fabrication danoise ou importés, il faudra réclamer des déclarations aux producteurs sur la quantité de graisses saturées contenues dans le produit mais également utilisées dans sa préparation, par exemple pour la friture. La mise à jour des systèmes informatiques a également nécessité de nombreuses heures de travail supplémentaires pour les producteurs et les revendeurs. Tout ceci a un coût qui sera répercuté sur les consommateurs, a prévenu Gitte Hestehave.

La taxe s'applique à tous les produits contenant plus de 2,3 % d'acides gras : viandes, beurre, huiles, fromages, crèmes et tous les produits transformés. Les juristes soulignent que cette taxe induit un risque pour la compétitivité des produits danois. Par ailleurs, elle risque d'être fort peu égalitaire sur le plan social car les classes défavorisées sont celles qui consomment le plus de produits gras.

D'après le journal Les Echos